Archives

2012-05-31T20:22:00+02:00

QCM Endocrinologie

Publié par Dr.Prosper

QCM Endocrinologie

 

1 - Le dosage le plus courant des préparations commerciales d'insuline est de :

A - 5 UI/mI

B - 10 UI/ml

C - 20 UI/mI

D - 40 UI/mI

E - 100 UI/mI

 

2 - Parmi les insulines suivantes, commercialisées en France, laquelle est utilisable dans le traitement par pompe à insuline ?

A - Insuline Monotard®

B - Insuline Ultratard®

C - Insuline NPH®

D - Insuline endopancrine ordinaire

E - Insuline Rapitard®

 

3 - Les médicaments suivants renforcent l'action hypoglycémiante des sulfamides hypoglycémiants, sauf un. Lequel ?

A - Salicylés

B - Phénylbutazone

C - Benzodiazépines

D - Bêta-bloquants non sélectifs

E - Diurétiques thiazidiques

 

4 - L'action hypoglycémiante des sulfamides antidiabétiques peut être potentialisée par l'un des médicaments suivants. Lequel ?

A - Tétracycline

B - Pénicilline G

C - Noramidopyrine

D - Antivitamines K

E - Hormones thyroïdiennes

 

5 - La plupart des anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent majorer dangereusement l'effet des anticoagulants oraux et des hypoglycémiants sulfamidés. Cela s'explique par :

A - Une induction enzymatique

B - une inhibition enzymatique

C - La défixation protéique par compétition

D - L'augmentation de la biodisponibilité

E - La diminution de l'effet de premier passage hépatique

 

6 - Parmi les médicaments hypoglycémiants oraux suivants, lequel devez-vous de préférence prescrire à un diabétique non insulino-dépendant insuffisant rénal ?

A - Glucophage retard®

B - Glucidoral®

C - Stagid®

D - Daonil®

E - Minidiab®

 

7 - Pour un homme de 65 ans atteint de dépression sévère depuis plusieurs semaines et qui présente un bon état général a part un diabète bien équilibré par des sulfamides hypoglycémiants et une hypertrophie prostatique. quel est parmi les 5 traitements suivants, celui qu'il faut choisir ?

A - Imipramine (Tofranil®)

B - Carbonate de lithium (Téralithe®)

C - Méprobamate (Equanil®)

D - Viloxazine (Vivalan®)

E - Chlorpromazine (Largactil®)

 

8 - A propos des risques d'incidents et d'accidents des sulfamides hypoglycémiants vous retenez :

A - Risque d'une action tératogène pendant la grossesse

B - Risque d'une intoxication par l'eau avec le chlorpropamide

C - Pas de risque d'utilisation chez l'insuffisant rénal

D - Accident toxo-allergique possible

E - Risque d'acidose lactique

 

9 - Quelle étiologie possible de l'hypercalcémie retenez-vous chez cette malade ?

A - Etat gravidique

B - Métastase osseuse d'un néoplasme

C - Immobilisation prolongée

D - Acromégalie

E - Sarcoïdose

 

10 - Parmi les symptômes et signes suivants, l'hypercalcémie peut être à l'origine de :

A - abolition d'un réflexe ostéotendineux

B - polyurie

C - confusion mentale

D - raccourcissement de l'espace QT sur

l'électrocardiogramme

E - douleur névralgique

 

11 - L'hypercalcémie peut s'accompagner de la(des) manifestation(s) clinique(s) suivante(s) :

A - Crises convulsives

B - Troubles de la conscience

C - Douleurs abdominales

D - Prurit cutané intense

E - Polyurie

 

12 - Comment s'expliquent les hypercalcémies associées à des cancers ?

A - Synthèse d'un facteur activant l'ostéoclastose

B - Production de protides inhibant la prathormone

C - Destruction osseuse par les métatases

D - Production de prostaglandines

E - Synthèse de vitamine D (1-25 OH D3)

 

13 - Parmi les endocrinopathies suivantes indiquer celle qui peut être également responsable d'une hypercalcémie:

A - Cancer médullaire sporadique de la thyroïde

B - Hyperthyroïdie

C - Maladie de Cushing

D - Diabète insipide

E - Hyperprolactinémie

 

14 - Quelle(s) mesure(s) thérapeutique(s) peu(ven)t être envisagée(s) pour traiter l'hypercalcémie ? (sans tenir compte de la grossesse)

A - Diurèse forcée induite par le furosémide + chlorure de sodium

B - Diurèse forcée induite par les thiazidiques + chlorure de sodium

C - Administration de thyrocalcitonine

D - Corticothérapie, prednisone 100 mg/jour

E - Résine échangeuse d'ions type Kayexalate®

 

15 - Une hypercalcémie peut être causée par :

A - Maladie de Kahler

B - Maladie de Hodgkin

C - Sarcoïdose

D - Hémochromatose

E - Pseudo hypoparathyroïdie

 

16 - Parmi les médicaments suivants, indiquer celui (ceux) que l'on peut utiliser dans le traitement médical de l'hypercalcémie aiguë:

A - Diurèse forcée au furosémide (Lasilix®)

B - Vitamine D

C - Spironolactone (Aldactone®)

D - Calcitonine

E - Diphosphonate

 

17 - Sont compatibles avec une hypercalcémie :

A - Crise de tétanie

B - Vomissements

C - Polyurie

D - Soif

E - Troubles du sommeil

 

18 - Parmi les modalités d'explorations suivantes, indiquer celle qui est la plus fiable pour localiser la lésion responsable de l'hypercalcémie :

A - Tomodensitométrie de l'abdomen

B - Echotomographie cervicale

C - Tomodensitométrie du cou

D - Cervicotomie exploratrice

E - Scintigraphie osseuse

 

19 - Une hypercalcémie peut être secondaire à :

A - Un syndrome néphrotique

B - Une hyperparathyroïdie

C - Une immobilisation prolongée

D - Une intoxication par la vitamine D

E - Un traitement par la calcitonine

 

20 - Retenez parmi les propositions suivantes, la ou les causes possibles d'hypercalcémie :

A - Sarcoïdose

B - Hyperparathyroïdisme para néoplasique

C - Myélome

D - Cancer secondaire des os

E - Ostéomalacie

 

 

Réponses 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : D

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : D

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : D

 

Réponse 5

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 6

Bonne(s) réponse(s) : E

 

Réponse 7

Bonne(s) réponse(s) : D

 

Réponse 8

Bonne(s) réponse(s) : A B C D

 

Réponse 9

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 10

Bonne(s) réponse(s) : B C D

 

Réponse 11

Bonne(s) réponse(s) : B C D E

 

Réponse 12

Bonne(s) réponse(s) : A C

 

Réponse 13

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 14

Bonne(s) réponse(s) : A C D

 

Réponse 15

Bonne(s) réponse(s) : A B C

 

Réponse 16

Bonne(s) réponse(s) : A D E

 

Réponse 17

Bonne(s) réponse(s) : B C D E

 

Réponse 18

Bonne(s) réponse(s) : D

 

Réponse 19

Bonne(s) réponse(s) : B C D

 

Réponse 20

Bonne(s) réponse(s) : A B C D

Voir les commentaires

2012-05-30T20:09:00+02:00

QCM Dermatologie

Publié par Dr.Prosper

QCM Dermatologie

 

1 - Traitement du psoriasis par les rétinoïdes: quelle(s) réponse(s) est(sont) exacte(s)?

A - Les rétinoïdes sont formellement contre-indiqués chez la femme enceinte

B - Les rétinoïdes sont contre-indiqués chez l'insuffisant hépatique

C - La posologie habituelle est de 1mg/kg/jour

D - Les rétinoïdes sont contre-indiqués en cas de psoriasis pustuleux

E - Les rétinoïdes peuvent se prescrire en association avec la PUVA-thérapie

 

2 - L'ensemble des examens est normal vous reprenez l interrogatoire et vous découvrez un psoriasis du cuir chevelu. Vous évoquez donc un rhumatisme psoriasique. Sur cette liste d examens quelles réponses positives attendez-vous ?

A - V.S. élevée

B - Latex Waler Rose positifs

C - HLA B27 positifs

D - Augmentation des alpha 2 globulines

E - Anémie à 8,5 g/dl

 

3 - Quelles lésions peuvent être observées au cours du psoriasis?

A - Erythème

B - Squame

C - Pustule

D - Vésicule

E - Ulcération

 

4 - Parmi ces propositions concernant le psoriasis, vous retenez :

A - C'est une éruption érythémato-vésiculeuse

B - C'est une dermatose alopéciante

C - Il peut atteindre le visage

D - Les zones électives sont les plis des coudes et les creux poplités

E - Il peut se compliquer de pustules

 

5 - La plaque de psoriasis est caractérisée par :

A - Son manque de limitation

B - Sa desquamation importante

C - Sa vésiculation

D - Son infiltration profonde

E - Sa localisation préférentielle sur le visage

 

6 - Un psoriasis peut se compliquer de :

A - Une érythrodermie,

B - Survenue de pustules amicrobiennes

C - Une atteinte rénale

D - Un rhumatisme

E - Une transformation néoplasique

 

7 - Le psoriasis vulgaire peut se compliquer de :

A - Erythrodermie

B - Arthropathies

C - Atteinte cardiaque

D - Atteinte rénale

E - Transformation pustuleuse

 

8 - Le psoriasis du cuir chevelu a toutes les caractéristiques suivantes, sauf une. Laquelle ?

A - Il est parfois isolé

B - Il est érythémato-squameux

C - Il est source d'alopécie

D - Il peut siéger à n'importe quel endroit du cuir chevelu

E - Il est parfois prurigineux

 

9 - Quel(s) traitement(s) préconisez-vous pour des lésions de psoriasis limitées aux coudes et aux genoux :

A - Puvathérapie

B - Corticoïdes locaux

C - Etrétinate (Tigason®)

D - Méthotrexate intramusculaire

E - Vaseline salicylée

 

10 - celle(celles) qui est(sont) compatible(s) avec le diagnostic de psoriasis ?

1 - Nappes érythémateuses dans les plis inguinaux

2 - Ongle déformé, soulevé par une hyperkératose sousunguéale

3 - Poussées de pustules des paumes et des plantes

4 - Erythrodermie

Compléments corrects : 1,2,3=A  1,3=B  2,4=C  4=D  1,2,3,4=E

 

11 - Les localisations cutanées habituelles du psoriasis vulgaire sont les genoux, les coudes, la région lombo-sacrée. Quelle autre localisation est très fréquente ?

A - Ongles

B - Cuir chevelu

C - Plis génitaux

D - Région palmaire

E - Muqueuse génitale

 

12 - Au cours du psoriasis, on peut observer :

A - Bulles

B - Plaques érythémato squameuses

C - Vésicules

D - Nodules

E - Pustules

 

13 - La plaque de psoriasis est caractérisée par un des signes suivants :

A - Son manque de limitation

B - Sa desquamation importante

C - Sa vésiculation

D - Son infiltration profonde

E - Sa localisation préférentielle sur le visage 

 

14 - Dans le psoriasis pustuleux localisé, les pustules ont ces caractères sauf un :

A - Sont amicrobiennes

B - Atteignent souvent les paumes et les plantes

C - Atteignent souvent le cuir chevelu

D - Peuvent s'accompagner d'une atteinte articulaire

E - Sont sensibles aux rétinoïdes

 

15 - Chez une patiente suspecte d'un psoriasis des plis sous mammaires, quels sont les territoires où vous devez rechercher d'autres lésions psoriasiques pour conforter votre diagnostic ?

A - Cuir chevelu

B - Ombilic

C - Ongles

D - Sillon interfessier

E - Paumes et plantes des pieds

 

16 - Parmi ces examens complémentaires, lequel est le plus utile au diagnostic de psoriasis pustuleux ?

A - Etude bactériologique du pus

B - Etude des immunoglobulines sériques

C - Histologie de la pustule

D - Groupage HL-A

E - Recherche d'une polynucléose sanguine

 

17 - Parmi les médicaments suivants administrés per os, quels sont ceux qui sont susceptibles d'aggraver le psoriasis ou de révéler un psoriasis latent ?

A - Les sels de lithium

B - Les sels d'or

C - Les béta-bloquants

D - Les inhibiteurs calciques

E - La D-pénicillamine

 

18 - Quelles sont les localisations observées au cours du psoriasis ?

A - Ongle

B - Cuir chevelu

C - Paume

D - Avant-bras

E - Lombes

 

19 - Ces lésions dermatologiques sont nettement en faveur du psoriasis car :

A - Elles siègent aux faces antérieures des genoux

B - Elles siègent aux faces antérieures des coudes

C - Elles sont source de plaques alopéciques

D - Elles s'accompagnent de ponctuations unguéales

E - Elles s'accompagnent d'intertrigo interfessier

 

Réponses

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : A B C E

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : A C

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : A B C

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : C E

 

Réponse 5

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 6

Bonne(s) réponse(s) : A B D

 

Réponse 7

Bonne(s) réponse(s) : A B E

 

Réponse 8

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 9

Bonne(s) réponse(s) : B E

 

Réponse 10

Bonne(s) réponse(s) : E

 

Réponse 11

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 12

Bonne(s) réponse(s) : B E

 

Réponse 13

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 14

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 15

Bonne(s) réponse(s) : A B C D

 

Réponse 16

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 17

Bonne(s) réponse(s) : A C

 

Réponse 18

Bonne(s) réponse(s) : A B C D E

 

Réponse 19

Bonne(s) réponse(s) : A D E

Voir les commentaires

2012-05-30T12:13:00+02:00

QCM Cardiologie

Publié par Dr.Prosper

QCM Cardiologie

 

1 - L'angine de poitrine doit faire évoquer un spasme coronaire en cas de :

A - Survenue au cours de l'effort

B - Survenue au décours immédiat de l'effort

C - Survenue exclusivement nocturne

D - Répétition des crises à horaire fixe

E - Inefficacité de la Trinitrine

 

 

2 - Le traitement médical de la tamponnade péricardique en attendant le drainage du péricarde repose sur :

A - Les diurétiques

B - La ventilation assistée

C - Les bêta-bloquants

D - La trinitrine intraveineuse

E - L'expansion volémique

 

3 - La tamponnade étant éliminée, quel accident évolutif caractérise la péricardite aiguë idiopathique bénigne ?

A - Insuffisance cardiaque

B - Rechute

C - Infarctus du myocarde

D - Péricardite constrictive

E - Aucune des propositions ci-dessus

 

4 - Devant une péricardite, la constatation d'une tamponnade est évoquée devant :

A - Une augmentation de la douleur thoracique

B - Un pincement de la différentielle de la pression artérielle

C - Une turgescence jugulaire

D - Un pouls paradoxal

E - Une augmentation de l'intensité du frottement

 

5 - Tous les signes suivants sont très évocateurs de tamponnade cardiaque sauf un, lequel ?

A - Turgescence des veines jugulaires

B - Silhouette cardiaque peu mobile en scopie

C - Signes d'oedème pulmonaire

D - Diminution inspiratoire de la pression artérielle systolique

E - Pouls paradoxal

 

6 - Une tamponnade cardiaque par rupture d'un infarctus du myocarde en paroi libre se traduit habituellement par :

A - Un tableau d'arrêt circulatoire

B - Un tracé ECG plat

C - Une activité mécanique conservée

D - Une activité électrique conservée

E - Une activité mécanique non perceptible cliniquement

 

7  - Parmi les éléments suivants de la sémiologie clinique du rétrécissement mitral, quel est celui qui disparait lorsqu'apparait une arythmie complète par fibrillation auriculaire ?

A - Eclat du premier bruit

B - Claquement d'ouverture mitrale

C - Renforcement présystolique du roulement diastolique

D - Roulement diastolique

E - Frémissement cataire

 

8 - Quelles solutions thérapeutiques préconisez-vous devant une ischémie aiguë datant de moins de 6 heures par oblitération de la fémorale superficielle chez un sujet porteur d'un rétrécissement mitral en fibrillation auriculaire :

A - Mise en route d'un traitement héparinique

B - Mise en route d'un traitement fibrinolytique

C - Mise en route d'un traitement vasodilatateur

D - Embolectomie à la sonde de Fogarty

E - Réalisation d'un pontage fémoro-poplité

 

9 - Au cours du rétrécissement mitral pur, la saillie et l'allongement de l'arc moyen gauche à la radio sont dues à :

A - La dilatation du tronc de l'artère pulmonaire

B - La dilatation de l'artère pulmonaire gauche

C - La dilatation de l'auricule gauche

D - La réduction du volume ventriculaire gauche avec abaissement consécutif du point G

E - La stase veineuse dans le hile gauche

 

10 - Quel est(sont) le(les) élément(s) de l'auscultation d'un rétrécissement mitral pur et peu serré ?

A - Claquement d'ouverture mitral

B - Eclat de B1

C - Roulement diastolique avec renforcement présystolique

D - Eclat du deuxième bruit au foyer pulmonaire

E - Souffle holo-systolique au foyer xiphoïdien 

 

11 - Parmi les éléments suivants de la sémiologie clinique du rétrécissement mitral, quel est celui qui disparait lorsqu'apparait une arythmie complète par fibrillation auriculaire ?

A - Eclat du premier bruit

B - Claquement d'ouverture mitrale

C - Renforcement présystolique du roulement diastolique

D - Roulement diastolique

E - Frémissement cataire 

 

12 - Dans le rétrécissement mitral pur, les signes échocardiographiques peuvent comporter :

A - Aspect en créneau du feuillet antérieur mitral avec pente EF horizontalisée

B - Mouvement anormal antérieur en diastole du feuillet postérieur mitral

C - Dilatation du ventricule gauche

D - Dilatation de l'oreillette gauche

E - Hypertrophie des parois ventriculaires gauches 

 

13 - Au cours d'un rétrécissement mitral pur, on pratique un examen hémodynamique. On observe :

A - Augmentation de la pression télédiastolique du ventricule gauche

B - Augmentation de la pression capillaire pulmonaire

C - Gradient de pression diastolique entre le capillaire pulmonaire et le ventricule gauche

D - Gradient de pression systolique entre le ventricule droit et l'artère pulmonaire

E - Diminution de la pression aortique diastolique 

 

14 - Au cours du rétrécissement mitral pur, toutes les complications suivantes peuvent être observées, sauf une. Laquelle ?

A - Embolie pulmonaire

B - Embolies systémiques

C - Fibrillation auriculaire

D - Insuffisance ventriculaire droite

E - Tachycardies ventriculaires

 

15 - Une femme de 35 ans est atteinte d'un rétrécissement mitral en arythmie complète par fibrillation auriculaire. Elle ressent brutalement une douleur vive du mollet qui s'accompagne bientôt d'un engourdissement puis d'une impotence complète. A l'examen, la jambe et le pied sont froids. Quel est votre diagnostic ?

A - Thrombose artérielle

B - Phlébite

C - Embolie artérielle

D - Accès de goutte

E - Arthrite rhumatismale

 

16 - Le rétrécissement mitral pur :

1 - Est habituellement d'origine rhumatismale

2 - Est souvent responsable d'insuffisance ventriculaire gauche

3 - Comporte habituellement une dilatation artérielle pulmonaire sur la radiographie thoracique

4 - Constitue un point d'appel fréquent de l'endocardite bactérienne

Compléments corrects :1,2,3=A 1,3=B 2,4=C 4=D 1,2,3,4=E

 

17 - Au cours du rétrécissement mitral pur, la saillie et l'allongement de l'arc moyen gauche à la radio sont dues à :

A - La dilatation du tronc de l'artère pulmonaire

B - La dilatation de la crosse de l'aorte

C - La réduction du volume ventriculaire gauche avec abaissement consécutif du point

D - La stase veineuse dans le hile gauche

E - La dilatation de l'auricule gauche

 

18 - Au cours d'un rétrécissement mitral pur, on pratique un examen hémodynamique. On peut observer :

A - Augmentation de la pression systolique du ventricule droit

B - Augmentation de la pression capillaire pulmonaire

C - Gradient de pression diastolique entre le capillaire pulmonaire et le ventricule gauche

D - Gradient de pression systolique entre le ventricule droit et l'artère pulmonaire

E - Diminution de la pression aortique systolique

 

19 - Toutes les propositions suivantes, constituent des étiologies possibles d'insuffisance mitrale organique, sauf une ; laquelle ?

A - Rupture de cordage

B - Rhumatisme articulaire aigu

C - Dyskinésie de pilier

D - Endocardite

E - Cardiomyopathie dilatée primitive

 

20 - Parmi les propositions suivantes relatives à une insuffisance mitrale importante, une seule est exacte, laquelle ?

A - Le souffle est à prédominance méso-systolique

B - Il existe un B3 de remplissage rapide

C - La pression artérielle diastolique est basse avec pression différentielle élargie

D - Le VG peut demeurer normal radiologiquement par hypertrophie concentrique

E - Une hypertrophie auriculaire droite est évocatrice

 

 

Réponses

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : C D

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : E

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : B C D

 

Réponse 5

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 6

Bonne(s) réponse(s) : A D E

 

Réponse 7

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 8

Bonne(s) réponse(s) : A C D

 

Réponse 9

Bonne(s) réponse(s) : A C

 

Réponse 10

Bonne(s) réponse(s) : A B C

 

Réponse 11

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 12

Bonne(s) réponse(s) : A B D

 

Réponse 13

Bonne(s) réponse(s) : B C

 

Réponse 14

Bonne(s) réponse(s) : E

 

Réponse 15

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 16

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 17

Bonne(s) réponse(s) : A E

 

Réponse 18

Bonne(s) réponse(s) : A B C

 

Réponse 19

Bonne(s) réponse(s) : E

 

Réponse 20

Bonne(s) réponse(s) : B

Voir les commentaires

2012-05-30T11:29:00+02:00

QCM Ana-path

Publié par Dr.Prosper

QCM Ana-path

 

1 - Parmi les affirmations suivantes, quelle est celle ou quelles sont celles qui s'applique(nt) à une anémie par inflammation chronique?

A - L'anémie peut être macrocytaire

B - Le taux de saturation de la transferrine est normal ou modérément diminué

C - L'anémie est habituellement régénérative

D - Le traitement martial améliore le chiffre d'hémoglobine

E - L'hyposidérémie est constante

 

2 - Quel est le médiateur de l'inflammation libéré par les macrophages à la suite d'une transformation de l'acide arachidonique par la voie de la cyclooxygénase?

A - Lysozyme

B - Prostaglandine E2

C - Leucotriène B4

D - PAF (facteur d'activation plaquettaire)

E - Cachectine

 

3 - Cette interleukine (IL) est produite notamment par les monocytes-macrophages ; elle est capable d'activer les lymphocytes T ; elle est un facteur de croissance fibroblastique et inducteur des protéines de l'inflammation. Il s'agit de :

A - ILl

B - IL2

C - IL3

D - IL4

E - IL

 

4 - Quel pourcentage de la totalité des cancers de l'endomètre représentent les adénocarcinomes ?

A - 20 %

B - 30 %

C - 50 %

D - 70 %

E - 90 %

 

5 - Quelles sont en France les lésions précancéreuses les plus fréquentes de l'oesophage qui nécessitent une surveillance endoscopique ?

A - Oesophagite caustique

B - Mégaoesophage idiopathique

C - Endobrachyoesophage secondaire à une oesophagite peptique

D - Syndrome de Plummer-Vinson (ou de Kelly-Paterson)

E - Syndrome de Mallory-Weiss

 

6 - Un malade est porteur de lésions de tuberculose pulmonaire nécrotique. Quelle est la nature de la nécrose ?

A - Fibrinoïde

B - Ischémique

C - Caséeuse

D - Purulente

E - Hyaline

 

7 - Au cours de la tuberculose, quelle est la variété de lésion histologique ne renfermant qu'exceptionnellement des B.K. ?

A - Exsudative non spécifique

B - Purement caséeuse

C - Purement follicullaire

D - Caséo-folliculaire

E - Caséo-fibreuse

 

8 - Tous ces éléments sont en faveur d'un diagnostic histologique de tuberculose sauf un. Lequel ?

A - Présence de cellules géantes type langhans

B - Présence de nombreux polynucléaires

C - Présence de nécrose caséeuse

D - Présence de cellules épithélioïdes

E - Présence de lymphocytes

 

9 - Les tumeurs bénignes sont habituellement :

1 - Bien encapsulées

2 - Dépourvues de nécrose

3 - D'évolution lente

4 - Faites de cellules à noyaux hyperchromatiques

Compléments corrects : 1,2,3=A   1,3=B    2,4=C    4=D   1,2,3,4=E

 

10 - Des caractères ci-dessous, quel(s) est ou sont celui ou ceux qui s'appliquent aux tumeurs bénignes épithéliales ?

A - Structure proche du tissu normal homologue

B - Evolution lente

C - Essaimage à distance

D - Caractère multifocal possible

E - Régression spontanée possible

 

11 - Parmi les tumeurs suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) qui peut(peuvent) avoir un aspect macroscopique de polype ?

A - Une tumeur bénigne conjonctive

B - Une tumeur maligne conjonctive

C - Une tumeur maligne épithéliale

D - Une tumeur bénigne épithéliale

E - Une tumeur bénigne épithéliale et conjonctive

 

12 - Parmi les cinq caractères suivants, quel est celui ou quels sont ceux propre(s) aux tumeurs malignes :

A - Durée de croissance illimitée

B - Vascularisation faible

C - Nécrose fréquente

D - Démarcation nette avec les tissus normaux

E - Activité mitotique élevée

 

13 - Parmi les tumeurs ci-dessous, indiquez celle(s) née(s) à partir d'un épithélium pavimenteux ?

A - Carcinome épidermoïde différencié

B - Cystadénocarcinome végétant

C - Carcinome malpighien immature

D - Carcinome transitionnel excréto-urinaire

E - Choriocarcinome

 

14 - Une seule des propriétés suivantes oppose constamment les tumeurs bénignes aux tumeurs malignes. Laquelle ?

A - Vitesse de croissance

B - Degré de différenciation

C - Potentiel à métastaser

D - Encapsulation

E - Index mitotique

 

15 - Une des affirmations suivantes concernant les tumeurs malignes est fausse. Laquelle ?

A - Elles envahissent les tissus

B - Elles métastasent

C - Elles récidivent fréquemment

D - Leur vitesse de croissance est toujours lente

E - Les caractères cellulaires sont plus ou moins normaux

 

16 - Sont des tumeurs épithéliales :

A - Les condylomes

B - Les léiomyomes

C - Les papillomes

D - Les lipomes

E - Les adémones

 

17 - Laquelle(lesquelles) des propositions suivantes concernant les tumeurs bénignes est(sont) exacte(s) :

A - Elles peuvent être constituées de cellules épithéliales

B - Elles ne donnent pas de métastases

C - Elles peuvent être mortelles en raison de leur localisation

D - Elles envahissent les organes avoisinants

E - Elles sont habituellement constituées de tissu bien différencié

 

18 - Parmi les cinq caractères suivants, quel est celui ou quels sont ceux propre(s) aux tumeurs malignes :

A - Durée de croissance illimitée

B - Vascularisation faible

C - Nécrose fréquente

D - Démarcation nette avec les tissus normaux

E - Activité mitotique élevée

 

 

19 - Parmi les propriétés suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui oppose(nt) constamment les tumeurs malignes aux tumeurs bénignes ?

A - Vitesse de croissance élevée

B - Degré de différenciation élevé

C - Potentiel à métastaser

D - Encapsulation

E - Index mitotique bas

 

20 - Le ou les facteurs suivants favorisent la formation d'une thrombose :

A - Lésion de la paroi vasculaire

B - Ralentissement du courant sanguin

C - Prise d'oestroprogestatifs

D - Insuffisance hépatique aigu%

E - Déficit en anti-thrombine III  

 

21 - Parmi les évolutions possibles d'une thrombose veineuse, quelle est celle qui n'est pratiquement jamais réalisée ?

A - Mobilisation

B - Restitution "ad integrum" de la structure vasculaire

C - Suppuration par développement d'un germe

D - Réorganisation du caillot avec "réperméabilisation"

E - Liquéfaction enzymatique du caillot

 

22 - Dans les thromboses artérielles :

A - Le rôle des plaquettes est essentiel

B - Le thrombus n'a aucune tendance à l'embolie

C - Les anti-vitamines K sont très efficaces

D - L'évolution spontanée se fait toujours vers la dissolution

E - Une lésion vasculaire initiale est nécessaire

 

23 - Quel(s) est(sont) parmi les propositions suivantes le(s) facteur(s) favorisant la constitution d'une thrombose ?

A - L'insuffisance ventriculaire droite

B - L'athérome

C - L'enceinte septique d'une paroi veineuse

D - Un déficit en antithrombine III

E - La polyglobulie

 

24 - Toutes les causes suivantes peuvent favoriser la survenue d'une thrombose veineuse des membres inférieurs sauf une. Laquelle ?

A - Déficit en anti-thrombine III

B - Décubitus prolongé

C - Anti-coagulant, anti facteur VIII

D - Prise d'oestro-progestatif

E - Déficit en protéine C

 

25 - Une thrombose veineuse, survenant chez un sujet jeune, sans cause favorisante mais avec des antécédents familiaux thrombotiques, doit faire rechercher un déficit congénital en :

A - Fibrinogène

B - Antithrombine III

C - Facteur IX (antihémophilique B)

D - Protéine C

E - Facteur XIII (facteur stabilisant de la fibrine)

 

26 - Tous les facteurs suivants favorisent la survenue d'une thrombose veineuse sauf un. Lequel ?

A - Le rétrécissement de la lumière du vaisseau

B - L'exercice physique

C - La stase par insuffisance cardiaque

D - L'altération de la paroi endothéliale

E - L'hypercoagulabilité sanguine

 

27- Les thromboses veineuses sont favorisées par :

1 - Alitement prolongé

2 - Varices des membres inférieurs

3 - Syndrome néphrotique

4 - Déficit constitutionnel en antithrombine III

Compléments corrects :1,2,3=A   1,3=B    2,4=C   4=D   1,2,3,4=E

 

 

Réponses 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 2 

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : A

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : E

 

Réponse 5 

Bonne(s) réponse(s) : A B C

 

Réponse 6

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 7

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 8

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 9

Bonne(s) réponse(s) : A

 

Réponse 10

Bonne(s) réponse(s) : A B D E

 

Réponse 11

Bonne(s) réponse(s) : A B C D E

 

Réponse 12

Bonne(s) réponse(s) : A C E

 

Réponse 13

Bonne(s) réponse(s) : A C

 

Réponse 14

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 15

Bonne(s) réponse(s) : D

 

Réponse 16

Bonne(s) réponse(s) : A C E

 

Réponse 17

Bonne(s) réponse(s) : A B C E

 

Réponse 18

Bonne(s) réponse(s) : A C E

 

Réponse 19

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 20

Bonne(s) réponse(s) : A B C E

 

Réponse 21

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 22

Bonne(s) réponse(s) : A E

 

Réponse 23

Bonne(s) réponse(s) : A B C D E

 

Réponse 24

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 25

Bonne(s) réponse(s) : B D

 

Réponse 26

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 27

Bonne(s) réponse(s) : E

Voir les commentaires

2012-05-24T20:10:00+02:00

Cas clinique Endocrinologie

Publié par Dr.Prosper

Cas clinique Endocrinologie

 

Une femme de 62 ans consulte pour les signes suivants apparus progressivement au cours des six derniers mois : asthénie, apathie, frilosité, crampes musculaires et prise de poids de 6 kg. Le visage est arrondi, la peau est froide, les aisselles sont sèches, le rythme cardiaque à 64/mn, il n'y a pas d'oedème malléolaire. La patiente, dont la voix est rauque et lente, vous apprend qu'elle a été traitée pendant 4 ans par isosorbide dinitrate (Risordan®) et par Cordarone® (amiodarone) pour une angine de poitrine, mais qu'elle n'a plus eu de crise depuis près d'un an et que ce traitement a été alors interrompu. Il n'existe pas de goitre. Au terme de cet examen, le diagnostic d'hypothyroïdie est hautement probable.

1 - Le tableau clinique et l'anamnèse permettent d'évoquer une hypothyroïdie :

A - Périphérique idiopathique (involution simple de la thyroïde)

B - Centrale (hypothalamo-hypophysaire)

C - Périphérique iatrogénique

D - Par ectopie thyroïdienne

E - Secondaire à une thyroïdite chronique de Hashimoto

 

2 - Pour compléter votre information sur cette patiente. vous demandez :

A - Une cholestérolémie

B - Un ECG

C - Une T4 libre plasmatique

D - Une TSH plasmatique

E - Une scintigraphie thyroïdienne

 

3 - Il pourra être utile de compléter ces examens par :

A - Une échocardiographie

B - Une hypoglycémie provoquée par l'insuline

C - Une épreuve de restriction hydrique

D - Un test à la LH - RH

E - Aucun des examens précédents

 

4 - Le traitement initial de cette patiente va faire appel :

A - A la Thyroxine® par voie IV

B - Au Cynomel, (tri-iodothyronine) à la dose initiale de 75 microg/jour

C - A la reprise de la Cordarone® associée à 5 gouttes/jour de Thyroxine®

D - Au Levothyrox® (Lévothyroxine) à la dose initiale de 25 microg/jour associé secondairement à un bêtabloquant en l'absence de contre-indication de celui-ci

E - Au Levothyrox® à la dose initiale de 100 microg/jour

 

5 - L'attitude vis-à-vis de cette patiente au cours des quatre semaines suivantes va consister à :

A - Surveiller quotidiennement la fréquence cardiaque

B - Augmenter rapidement l'hormonothérapie supplétive

C - Effectuer des paliers posologiques d'au moins dix jours de l'hormonothérapie supplétive

D - Pratiquer une surveillance électrocardiographique

E - Doser la TSH, le cholestérol et la CPK sérique après quatre semaines de traitement

 

Réponse 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : C

A - Signes apparus trop rapidement (6 mois).

B - Déficit thyréotrope rarement aussi complet et isolé, sans atteinte des autres fonctions antihypophysaires.

C - La rapidité d'installation des troubles et la prise de cordarone sont en faveur d'une hypothèse iatrogénique chez cette

patiente sans goitre.

D - Age trop tardif.

E - Absence de goitre.

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : A B C D

A - Hypercholestérolémie.

B - Signes d'hypothyroïdie (bradycardie sinusale, bloc auriculo-ventriculaire, bloc de branche, troubles de la repolarisation diffus avec microvoltage) et signes d'insuffisance coronarienne.

C - Effondrée.

D - Elevée par levée du rétrocontrôle négatif par les hormones thyroïdiennes.

E - Montrerait une scintigraphie blanche ou une diminution globule de la fixation de l'iode, mais examen non indispensable

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : A

Dans ce contexte, et compte-tenu des antécédents d'angor, on recherchera une insuffisance cardiaque avec des zones hypokinétiques (ischémie) et un épanchement péricardique (hypothyroïdie). Un bilan cardiaque soigneux est indispensable avant toute opothérapie substitutive.

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : D

A DEFINIR PUISQUE NON PRECISE

A, B - Inadapté et posologie trop élevée.

C - Absurde.

D - On peut débuter le traitement par LT4 à dose plus élevée compte-tenu des antécédents d'angor et de l'âge de la patiente.

On augmentera ensuite par palier de 10 jours minimum sous stricte surveillance cardiologique.

 

Réponse 5

Bonne(s) réponse(s) : A C D E

A, D - Surveillance de la tolérance cardiaque, la survenue de signes d'angor devant éventuellement faire interrompre le traitement substitutif.

E - Abaissement puis normalisation de la TSH, du cholestérol et des CPK (musculaires).

 

 

Voir les commentaires

2012-05-24T20:04:00+02:00

Cas clinique Pédiatrie

Publié par Dr.Prosper

Cas clinique Pédiatrie

 

Un jeune couple vous amène pour sa première visite systématique, un garçon âgé de trois semaines, dont ils souhaitent vous confier la surveillance médicale. Il s'agit du premier enfant, la grossesse et l'accouchement ont été normaux; les mensurations à la naissance étaient les suivantes : poids = 3100 gg, taille = 50 cm, périmètre crânien = 35 cm. Le test d'Apgar était à 10.

Depuis la naissance, l'enfant est nourri au sein. Les mensurations actuelles sont : poids = 3 600 g, taille = 51,5 cm, périmètre crânien := 36 cm. L'examen clinique est normal. Les parents vous soumettent toute une série d'interrogations concernant leur enfant pour lesquelles ils n'ont pas reçu d'informations jusqu'à présent.

1 - Quelle doit être la prise de poids quotidienne moyenne, actuelle de ce nourrisson ?

A - 10 à 15 grammes

B - 15 à 20 grammes

C - 25 à 30 grammes

D - 30 a 40 grammes

E - Plus de 40 grammes

 

2 - quelles sont celles adaptées à ce nourrisson. Pour assurer la prophylaxie au rachitisme chez ce nourrisson, la

posologie quotidienne de vitamine D à lui donner est de :

A - 200 U.I.

B - 1000 U I.

C - 500 U.I.

D - 10 000 U.I.

E - 20 000 U.I.

 

3 - Quelle sera la vaccination à pratiquer à trois mois et demi ?

A - Vaccin antivariolique

B - BCG

C - Vaccin antirougeoleux

D - Vaccin D.T.C.P.

E - Vaccin anticoquelucheux

 

4 - Afin de prévenir les risques de toute hyperthermie supérieure à 39°, quelle(s) thérapeutique(s) peu(vent) être

réalisée(s) par la mère en attendant la visite du médecin ?

A - Administration de diazepam

B - Bain à 37°

C - Administration d'acide acétyl-salicylique

D - Administration de paracétamol

E - Administration d'antibiotiques

 

Réponse 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : B

Classiquement 800 à 2 000 U.I, suivant la coloration de la peau et l'exposition au soleil, en moyenne 1200 U.I = 3 gouttes de stérogyl®.

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : D

A - N'est plus recommandé

B - Possible mais légalement : avant l'entrée en collectivité

C - Après 12 mois ;

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : B C D

A - Un peu litigieux (peut être utilisé en cas d'antécédent de convulsion)

B - En fait 2 degrés en dessous de la température rectale

E - Un antibiotique n'est pas un antipyrétique

N.B : la question est t"raitement de l'hyperthermie" et non pas "prévention des convulsions" (le valium n'est pas un antithermique)

Voir les commentaires

2012-05-24T19:55:00+02:00

Cas clinique Urologie Néphrologie 5

Publié par Dr.Prosper

Cas clinique Urologie Néphrologie 5

 

 

Le jeune John T. âgé de 17 ans présente un syndrome néphrotique dont un bilan complet a été fait 8 mois auparavant. Le bilan étiologique était négatif et la biopsie rénale avait montré qu'il s'agissait d'un hyalinose segmentaire et focale. Trois essais de corticothérapie ont été des échecs et ce garçon lassé des impératifs diététiques et thérapeutiques, a tout abandonné depuis trois mois. Il est parti en camping il y a 15 jours. Il se présente à la consultation, il a d'énormes oedèmes des membres inférieurs remontant jusqu'à la racine de la cuisse, il existe une infiltration de la paroi abdominale et des lombes. La pression artérielle est à 92/65 en position couchée et le pouls est à 96 par minute. L'électrocardiogramme est normal, il existe un épanchement pleural gauche d'importance moyenne et un comblement du cul-de-sac diaphragmatique droit. L'examen des urines montre un énorme précipité à I'addition d'acide, sans signe d'hématurie à la bandelette Labstix®. Un ionogramme plasmatique en urgence montre : créatinine normale, protéines 47 g/l, albumine 17 g/l, potassium 3,3 mmol/l, sodium 133 mmol/l. Dans les urines : sodium 8 mmol/l, potassium 55 mmol/l.

 

1 - Les oedèmes peuvent être rapportés en première hypothèse :

A - A la baisse de la pression oncotique des protéines plasmatiques

B - A une compression veineuse

C - A une poussée d'insuffisance cardiaque

D - A une hépatite anictérique

E - A une symphyse péricardique

 

2 - Dans un contexte de ce type, deux complications précoces sont à redouter. Lesquelles ?

A - Collapsus hypovolémique

B - Poussée d'hypertension maligne

C - Hyperkaliémie par hyperaldostéronisme

D - Embolie pulmonaire sur thrombose veineuse latente

E - Compression urétérale et iliaque

 

3 - Parmi les propositions thérapeutiques suivantes, vous pouvez au cours des premiers jours avoir recours à :

A - Perfusion de 1,5 litre d'un mélange de CINa isotonique et de glucose isotonique

B - Perfusion d'albumine humaine

C - Prescription de l'inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 1

D - Prescription d'antialdostérones

E - Prescription d'anti-inflammatoires non stéroïdiens

 

4 - Parmi les évolutions suivantes, laquelle vous paraît la plus vraisemblable ?

A - Rémission complète spontanée

B - Rémission complète après perfusion de 1 mg/jour de prednisone pendant 3 semaines

C - Rémission complète après héparine intraveineuse à la pompe pendant 15 jours

D - Evolution marquée par des hématuries répétées

E - Evolution vers l'insuffisance rénale

 

5 - Un jeune appelé de 20 ans consulte pour douleurs lombaires évoluant depuis trois mois. L'examen clinique met en évidence une masse au niveau du creux épigastrique de (10 x 12 cm) et un petit nodule du testicule gauche.

Parmi les examens biologiques suivants, le(s)quel(s) doi(vent) être pratiqué(s) impérativement avant tout traitement ?

A - Alphafoetoprotéine

B - Phosphatases acides

C - Bêta HCG

D - V.S.

E - Testotérone

 

6 - Le taux de bêta HCG vous revient à 10000 UI. La V.S. est à 25 mm à la 1ère heure, les phosphatases alcalines et acides sont normales. Quel(s) est(sont) le(s) diagnostic(s) à évoquer ?

A - Tératome mature

B - Séminome

C - Choriocarcinome

D - Tératocarcinome à composante choriale

E - Tumeur du sac vitellin

 

7 - Parmi les examens suivants, citez les deux indispensables au bilan d'extension :

A - Scanner thoracique et abdominal

B - Radiographie pulmonaire

C - Scintigraphie osseuse

D - Echographie pelvien

E - Transit gastro-intestinal

 

8 - Le bilan d'extension montre comme seule anomalie des adénopathies lombo-aortiques droites mesurant 10 x 10 cm. Quel sera le traitement ?

A - Orchidectomie - curage lombo-aortique

B - Orchidectomie - chimiothérapie

C - Orchidectomie - radiothérapie

D - Orchidectomie - curage - radiothérapie

E - Chimiothérapie et radiothérapie

 

9 - Dans le suivi post-thérapeutique, quel est l'examen le plus important ?

A - Scanner

B - Radiographie du Thorax

C - Echographie

D - Lymphographie

E - Dosage de la bêta HCG

 

 

Réponse 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : A

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : A D

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : B D

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : E

On rappelle que la hyalinose segmentaire et focale est l'histologie la plus souvent rencontrée au cours des syndromes néphrotiques de l'adulte, et que son évolution est caractérisée par une corticorésistance et une progression de l'insuffisance rénale.

On rappelle également que les syndromes néphrotiques se compliquent de thromboses veineuses, dont la fréquence augmente avec l'importance de la protéinurie et de l'hypoprotidémie.

Réponse 5

Bonne(s) réponse(s) : A C

 

Réponse 6

Bonne(s) réponse(s) : B

 

Réponse 7

Bonne(s) réponse(s) : A B

 

Réponse 8

Bonne(s) réponse(s) : B

La choriocarcinome est une tumeur très chimiosensible et peu radiosensible.

 

Réponse 9

Bonne(s) réponse(s) : E

Voir les commentaires

2012-05-24T19:50:00+02:00

Cas clinique Néphrologie 4

Publié par Dr.Prosper

Cas clinique Néphrologie 4

 

Un homme de 40 ans sans antécédent pathologique présente depuis quelques semaines une asthénie importante. A l'examen, on découvre une hypertension artérielle à 180/100 mmHg aux quatre membres. Le fond d'oeil est normal, l'électrocardiogramme trouve une hypertrophie ventriculaire gauche grade I et une onde U. La clairance de la créatinine est à 100 ml/mn. La kaliémie mesurée à 3 reprises est à 3 mmol/l.

1 - Chez cet hypertendu ayant une hypokaliémie, l'interrogatoire doit éliminer la prise de produits hypokaliémiants. Ainsi, vous recherchez la prise de :

A - Laxatifs

B - Diurétiques thiazidiques

C - Diurétiques distaux

D - Analgésiques

E - Sympathicolytiques

 

2 - Le(le) diagnostic(s) qu'il convient de discuter est(sont) :

A - Hyperaldostéronisme primaire

B - Hypertension rénovasculaire

C - Phéochromocytome

D - Tumeur secrétant de la rénine

E - Coarctation aortique

 

3 - L'examen biologique permettant de différencier hyperaldostéronisme primaire et secondaire est :

A - Activité rénine plasmatique

B - Glycémie

C - Kaliurèse

D - Bicarbonatémie

E - Aucun de ces examens.

 

4 - En cas d'hyperaldostéronisme primaire, l'activité rénine plasmatique est :

A - Normale

B - Basse

C - Elevée

D - Stimulable

E - Non stimulable

 

5 - L'(les) examen(s) permettant de différencier hyperplasie bilatérale et adénome de Conn est(sont) :

A - Dosage de la rénine dans les veines surrénales

B - Dosage de l'aldostérone dans les veines surrénales

C - Test de freination par le sérum sale isotonique

D - Test de freination par l'inhibiteur de l'enzyme de conversion

E - Test à la métopirone

 

6 - Le médicament le plus logique pour traiter l'hypertension artérielle par hyperaldostéronisme primaire est :

A - Thiazidique

B - Spironolactone

C - Bêta-bloquant

D - Dihydralazine

E - Furosémide

 

Réponse 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : A B

Et la prise de réglisse (responsable de tableau d'hyperminéralcortcisme).

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : A B D

Ces 3 items entraînent une sécrétion élevée d'aldostérone.

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : A

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : B D

 

Réponse 5

Bonne(s) réponse(s) : B C D

 

Réponse 6

Bonne(s) réponse(s) : B

Voir les commentaires

2012-05-24T19:43:00+02:00

Cas clinique Urologie Néphrologie 3

Publié par Dr.Prosper

Cas clinique Urologie Néphrologie 3

 

Monsieur A. 27 ans, d'origine nigérienne, se présente à la consultation pour une hématurie microscopique dépistée à la médecine universitaire et confirmée a un centre d'examens de la Sécurité Sociale. Il raconte avoir fait plusieurs épisodes d'hématurie macroscopique. Dans l'intervalle de ces épisodes, l'hématurie microscopique persiste et vous la retrouvez à la bandelette à l'examen des urines.

Il n'a pas d'antécédent particulier, il se plaint seulement de quelques signes dysuriques au moment des épisodes hématuriques.

1 - L'âge et la clinique peuvent évoquer :

A - Une glomérulonéphrite

B - Une tuberculose rénale

C - Une lithiase rénale indolore

D - Une polykystose rénale

E - Une prostatite chronique

 

2 - A plusieurs reprises, l'hématurie macroscopique a revêtu un caractère terminal. Ce caractère évoque surtout :

A - Une origine rénale haute

B - Une glomérulonéphrite hématurique

C - Une malformation vasculaire intrarénale

D - Une tumeur du rein

E - Une cause vésicale

 

3 - Dans le contexte clinique décrit, quelle parasitose évoquez-vous comme possible à l'origine de ces hématuries ?

A - Filariose loa loa

B - Ankylostomose

C - Lambliase ou giardiase

D - Schistosomose

E - Distomatose

 

4 - Parmi les examens suivants, quel(s) est(sont) celui(ceux) qui prouve(nt) de façon précise et exacte le diagnostic

de parasitose ?

A - Sérodiagnostic

B - Cystoscopie avec biopsie vésicale

C - Artérographie rénale

D - Biopsie rénale sous échographie

E - Numération formule et bilan de coagulation

 

5 - Quel traitement vous paraît-il particulièrement adapté à ce cas ?

A - Déhydroémétine

B - Niridazole (Ambilhar®)

C - Métronidazole (Flagyl®)

D - Nivaquine (Chloroquine®)

E - Acide éthacrynique (Edécrine®)

 

Réponse 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : A B C D E

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : E

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : D

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : A B

 

Réponse 5

Bonne(s) réponse(s) : B

Compte tenu du contexte, le diagnostic de bilharziose urinaire est évidemment le plus vraisemblable (Schistosoma haematobium). Toutefois aucune des étiologies citées lors du premier QCM ne pouvait être d'emblée éliminée, en particulier la tuberculose. La déhydroémétine et le métronidazole sont des traitements de l'amibiase, la nivaquine du paludisme et l'acide éthacrynique un diurétique de l'anse de Henlé, concurrent malheureux du furosémide.

Voir les commentaires

2012-05-24T19:37:00+02:00

Cas clinique Urologie 2

Publié par Dr.Prosper

Cas clinique Urologie 2

 

Une jeune femme de 27 ans se plaint depuis trois ans de troubles urinaires. Trois à quatre fois, il y a 2 ans, elle a présenté, par crises, des douleurs sus-pubiennes avec sensation de pesanteur vésicale, des mictions très fréquentes et douloureuses.

Ont été alors pratiquées une cystocopie et une urographie intraveineuse jugées normales. L'année précédente a été indemne de tout épisode et une uroculture systématique a été trouvée stérile. A son retour de vacances marquées par une grande activité sexuelle, elle présente les mêmes symptômes qui durent depuis deux jours. La veille, elle signale une hématurie macroscopique. La température est normale, il n'y a pas de protéinurie sur les urines filtrées, la cytologie montre des hématies non déformées, un grande quantité de cellules vésicales et de leucocytes. L'uroculture trouve 10 exposant 6 germes par ml.

La patiente a réduit volontairement la quantité de boissons car les mictions sont très douloureuses. La densité urinaire est à 1015.

1 - Vous pratiquez une uroculture. Dans ce contexte, quel est le germe le plus fréquemment mis en évidence ?

A - Escherichia coli

B - Streptocoque hémolytique

C - Staphylocoque

D - Bacille pyocyanique

E - Protéus hauseri

 

2 - Vous notez en faveur d'une infection urinaire strictement limitée à l'appareil urinaire inférieur (infection urinaire

basse), le ou les éléments suivants :

A - La densité urinaire à 1015

B - Existence d'une hématurie macroscopique

C - Absence de fièvre

D - Leucocyturie importante

E - Urographie intraveineuse normale

 

3 - Quelle attitude allez-vous adopter ?

A - Gentalline® IM 2 fois 40 mg par jour pendant 8 jours

B - Irrigation intravésicale d'anti-inflammatoires ou de corticoïdes

C - Boissons abondantes, 2 litres d'eau minérale par 24 heures

D - Anti-infectieux pendant 5 jours (acide pipémidique ou Pipram®)

E - Consultation gynécologique

 

4 - L'uroculture a découvert une infection à Protéus mirabilis. La malade ne suit pas le traitement et l'infection va persister sous forme d'une bactériurie. Vous la revoyez alors et vous devez répondre à ses questions. Retenez la ou les propositions exactes :

A - Au cours d'une grossesse, il existe un risque important de pyélonéphrite

B - Même en l'absence de malformation, il existe un risque important d'insuffisance rénale d'évolution rapide

C - Il existe un risque de diabète

D - Il existe un risque de lithiase rénale

E - La patiente doit interrompre la prise de pilule contraceptive

 

Réponse 

Réponse 1

Bonne(s) réponse(s) : A

 

Réponse 2

Bonne(s) réponse(s) : C

 

Réponse 3

Bonne(s) réponse(s) : C D E

 

Réponse 4

Bonne(s) réponse(s) : A D

Il s'agit d'une infection urinaire récidivante chez une femme jeune.

On rappelle les germes les plus fréquemment rencontrés au cours des infections urinaires : E. coli 80%, proteus 10%,

klebsielle 3%, entérocoque 2%.

Voir les commentaires

Site conforme aux normes WCAG 2.0 du W3C (nouvelle fenêtre, en anglais)

Template by docprosper